Comment digérer la bouillie Delaume, ou pas

Publié le par La Vipère



Montety dans le Figaro littéraire, sur la bouillie Delaume. C'est facile, mais c'est drôle...

« Qu'à l'instant où l'ici s'infiltre en ton regard, ta vie te gifle crue, un anéantissement lent et méticuleux, particule après particule. Que ton crâne se remplisse des fruits blets du déni, qu'ils y macèrent cent nuits, que le jus soit filtré à travers chaque synapse et que jamais du vrai tu ne te mithridatises. Que les rats soient nombreux en ton creux intérieur. Que chacun porte en lui la rage du désamour. Incapable d'empathie, que pour chaque pensée aigre ou rejet mis en acte une morsure te perfore. Une bouchée par méfait. Une vomissure par honte. “Étrangère à : qui n'a pas part à quelque chose, qui se tient à l'écart de quelque chose, n'y a pas participé, ne s'en est pas mêlée. Voir : ignorante, profane.” »


Le texte ci-dessus est extrait du roman de Chloé Delaume, intitulé Dans ma maison sous terre. Il est disponible dans toutes les bonnes librairies, à la portée des enfants. On lit et on relit la page 11 avec angoisse : « Qu'à l'instant où l'ici s'infiltre en ton regard… » Qu'a-t-elle voulu dire ? Ce roman, nous précise son éditeur (le Seuil), « interroge notre rapport à la mort, à la littérature et à la psychanalyse ». [Ah ! Les livres, les oeuvres qui interrogent ceci ou cela... Voir les pages délicieuses que consacre Jean Clair à ce tic du langage des catalogues d'exposition et des prières d'insérer des livres prétentieux... NDLV] Pour être franc, il nous interroge tout court. Nous laisse perplexe, pantois. Inquiet. Est-ce elle ? Est-ce nous ? Est-ce grave ?


S'il se trouve un lecteur sain de corps et d'esprit (fournir un certificat médical récent) pour traduire en français courant du Chloé Delaume, afin d'en permettre la compréhension par le vulgum pecus, prière d'écrire au journal qui transmettra.

 

Eh ! En voilà, une riche idée ! Parallèlement au dictionnaire critique-français / français-critique mis au point par votre serviteur ici même (et aussi ), un dictionnaire bouillie-français / français-bouillie élaboré après exploration de certains livres publiés, entre autres, par Bernard Comment...

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck Pélissier 06/02/2009 08:27

Bon sang ! Je ne connaissais pas mademoiselle Delaume avant de lire votre billet et il se trouve que je viens de tomber sur l'intéressée dans "la Grande Librairie", sur France 5. Je crois bien que je vais en rester traumatisé. D'abord par son roman qui, visiblement, est de ceux qui flanquent la migraine au bout de 3 lignes, et ensuite par ce look improbable... Bon sang, mais vous avez vu sa tête ?!? Une sorte d'épouvantail à la croisée des chemins entre Nana Mouskouri et Super Nanny. Gothique ? Moi je dirais plutôt mèmère, oui ! En tout cas, c'est bien simple, depuis hier soir, je n'en dors plus la nuit ! J'ai peur, voyez-vous ! Peur...

(En revanche, dans cette même émission, il y avait Djian et je l'ai trouvé très bien... Mais je ne suis sans doute pas très objectif dès lors qu'il s'agit de Djian).

Nos Ailes de Géant 31/01/2009 22:00

Oh, Vipère, vous me décevez. Montety lisant Chloé Delaume, c'est un peu la poule considérant le couteau... Une petite recherche sur le site du Figaro nous donne un aperçu des compétences du pauvre bougre. Benoît XVI, l'Académie française et la géographie militaire. Du coup, voyez-vous, je demande à lire la chronique secrète qu'il a (certainement) consacrée au dernier album d'Antony and the Johnsons.

Bobby 30/01/2009 19:44

Elle n'est pas dénuée tout à fait de qualité de langue ni de rythmique, mais ça reste de la littérature de goth qui aurait besoin d'être expurgée de toute son adolescence indochinoise.

Enfin, je dis ça, passé trois paragraphes, je cale...

Bo Akonstriktor 30/01/2009 15:22

On croit que ça raisonne, mais en fait ça résonne..creux.

val 30/01/2009 12:58

faut pas chercher, ça sonne bien