Alerte météo : tempête de connerie en vue

Publié le par La Vipère



1500 librairies et organes de presse ont été placés, lundi 9 février, en alerte orange par Météo France, qui annonce une "tempête d'une force et d'une ampleur peu communes" pour les semaines à venir.

Ces vents de connerie violents devraient concerner tout le territoire métropolitain. Selon Météo-France, une dépression qui se creuse actuellement sur le sixième arrondissement va continuer son déplacement vers l'est, le nord, le sud et l'ouest en se creusant à l'entrée de la Manche. Cette dépression va engendrer une zone de dépossession du sens critique qui affectera une large moitié de la presse culturelle, et qui devrait durer 3 semaines avant de s'évacuer par la Belgique.

Les rafales de vent de connerie atteindront 120 à 140 km/h dans Vers la douceur de François Bégaudeau, et de 100 à 130 km/h dans Gros oeuvre de Joy Sorman, l'un à paraître chez Verticales, l'autre chez Gallimard. Dans l'intérieur des terres, les rafales seront de l'ordre de 100 à 120 km/h en raison d'autres navets dont nous parlerons bientôt.


Associés à cette tempête, on attend des précipitations d'éloges niais sur la presse féminine et les côtes de la presse branchée, de très fortes vagues de bêtise dans Télérama et, compte tenu des forts coefficients de marée intellectuelle, des phénomènes de surcote qui pourraient provoquer des excès de sottise aux Inrocks.

Sur l'ensemble des journaux concernés, des dégâts importants sont à attendre, les conditions d'intellection pourront être localement difficiles et quelques perturbations pourront affecter le bon goût d'une manière générale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DP 09/02/2009 22:54

Chère, très chère Vipère: je réagis avec un peu de retard à ton exquis post sur Philippe Sollers, que je découvre à l'instant sur les conseils d'un confrère autrement plus branché que moi, mais quelle joie ! Merci de faire ainsi écho à ma conviction de pigiste intrépide, quoique "charmante" dixit Sollers qui ne me connaît pas: "Le vrai sujet, le vrai reproche, eh ! C'est que Sollers écrit des livres nuls, voilà tout !"
Ca va mieux en le disant mais ça ne se fait pas, surtout quand on n'est qu'une insignifiante pigiste. Qui plus est quand on se permet de traiter ce grantécrivain de façon aussi désinvolte (j'avais fait pareil pour Guillaume Musso, c'est ça qui a dû l'insupporter le Sollers, lui qui ne réagit jamais aux critiques du moment qu'elles tiennent sur une page entière...)
Tant pis, je n'ai que faire des soit-disant bonnes manières de ce bouillon de culture périmé où évoluent Sollers et consorts. Un bouillon décidément imbuvable. Et dire que notre homme prétend écrire "au margaux, pas au picrate". Déjà qu'il est illisible "au margaux", qu'est-ce que ce serait s'il écrivait "au picrate" !
Qui plus est, il est bien en peine de me citer correctement. Non, je n'ai pas écrit: "L'élixir du Révérend Père Sollers n'a rien de corrosif." Mais: "L'élixir du révérend père Sollers se révèle plus douceâtre que corrosif". Bonjour la rigueur...
Rassure-toi, chère Vipère, je me félicite de n'être qu'une pigiste, apparemment c'est encore la meilleure garantie de penser librement...
Longue vie à toi Vipère vitupérante !

pradoc 09/02/2009 16:48

Heureusement, j'ai un parapluie !