Jack Lang, notre prochain leader maximo

Publié le par La Vipère

lang.jpg

L'ex-Ministre des farces et attrapes (Muray) s'épanche dans l'Obs.

D'accord, évidemment, sur la complainte classique à l'égard des choses un peu hautes dans l'Education (ces "disciplines qui passent à la trappe : la philosophie, le latin et le grec, des langues vivantes de moins en moins enseignées, comme l'italien, le chinois, le japonais"), etc.

Moins, en revanche, sur la bataille, non moins classique, des méthodes : "Le ministre de l'Education nationale a détruit le substrat intellectuel de l'apprentissage en le réduisant à une mécanique de l'écriture et de la lecture" - mais qu'y avait-il donc à détruire, qui produisait de l'analphabète à la pelle jusqu'au delà du bac ? Ah...

Sur Boulez, cette phrase : il est un "artiste de la modernité et du changement". Tout le jacklangisme là-dedans : Boulez n'importe pas parce que grand chef-d'orchestre, parce que grand compositeur, non : parce que moderne et parce qu'il change. En bien ou en mal, là n'est pas la question. Et encore, juste après, en réponse à une question sur le relativisme culturel que lui, Lang, aurait incarné : "Le monde a changé". Eh oui ! N'ayons pas d'idées, accompagnons le changement.

A propos de Muray : "Comme le disait Sylviane Agacinski, à propos d'un livre de Renaud Camus, on a aussi le droit de mal penser". Faut-il commenter ? Et l'antienne inusable de la lutte contre les conformismes : "Oui, j'ai défendu le rap, le raï, à un moment où ils étaient conspués, excommuniés, diabolisés". Mais comment peut-on dire, enfin, de ce que défend un Ministre de la Culture (i.e. le pouvoir, l'Etat), que c'est conspué, excommunié, diabolisé ? Mais Jack n'est pas au paradoxe près.

Un programme pour demain : "A partir du moment où les colonnes de Buren sont acceptées, et même, aujourd'hui, restaurées [...], pourquoi m'en plaindrais-je? Des oeuvres qui paraissaient subversives, provocantes ont été acclimatées, incorporées, assimilées. La bataille d'Hernani est bien loin. Aujourd'hui, au-delà des ripolinages, le temps est venu d'une nouvelle révolution culturelle".

Avec Jack à la tribune, l'index haut levé, l'autre main sur la manette de la guillotine ! Et des têtes tomberont, qu'on se le dise !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article