Pierre Bergé, une Tatie Danielle avec du fric

Publié le par La Vipère



Ah, Pierre Bergé, ce merveilleux homme ! Non seulement si riche que toute la presse se précipite courbée lorsqu'il disperse ses collections, mais si courtois, si gentleman, si peu vieux con qu'on regrette mille fois de l'avoir traité ainsi dans un post ancien !

Tenez, encore ces jours-ci au Grand Palais, comme le raconte Dagen dans Le Monde : il a gentiment fait virer 4 tableaux de Warhol représentant Saint-Laurent, et ce pour "manifest[er] ainsi son mécontentement de ne pouvoir obtenir du commissaire de l'exposition, l'historien et critique d'art Alain Cueff, et de la Réunion des musées nationaux (RMN), organisatrice de la manifestation, que les portraits soient accrochés où et comme il le souhaitait".

L'histoire est savoureuse. Au départ, les 4 tableaux sont installés dans la section "glamour" de l'expo Warhol, avec les portraits "d'autres figures de la mode : Hélène Rochas, Giorgio Armani, Sonia Rykiel". Personne n'y trouve rien à redire. Sauf Tatie-Danielle-Bergé, sur le mode "Non, on passe par Sens" :

Quelques heures plus tard, un coup de téléphone lui [Alain Cueff, commissaire de l'exposition] annonce que Pierre Bergé refuse que les portraits d'Yves Saint Laurent soient placés avec ceux d'autres "couturiers". "Il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes", s'entend dire le commissaire, qui n'avait jamais pensé en ces termes à Hélène Rochas ou Sonia Rykiel. Il obtient de parler directement à Pierre Bergé, entend une deuxième fois cette formule, s'efforce de rétablir une meilleure entente en rappelant à son interlocuteur leurs conversations antérieures et l'invite à venir au Grand Palais vérifier par lui-même que ses tableaux sont en bonne place et qu'il est désormais impossible de les en changer. Invitation restée sans réponse.

Un prêteur, rappelle Dagen, peut imposer des conditions ; mais seulement si le contrat de prêt le précise, ce qui n'est pas le cas ici, apparemment. Au reste, on apprend (c'est intéressant, les coulisses) que l'arrivée et l'installation de l'oeuvre prêtée se fait toujours en présence d'un "convoyeur", autrement dit d'un émissaire qui vérifie que tout se passe bien. Las ! Si ensuite on déplace l'oeuvre de l'endroit où on l'a installée, il faut... faire revenir ledit convoyeur, qui peut-être est reparti à l'autre bout du monde. Dagen continue :


Déplacer une oeuvre alors qu'une exposition est déjà accrochée presque dans sa totalité, ce qui était le cas le 11 mars, susciterait des retards et des dépassements budgétaires considérables. Ce sont là les arguments techniques qu'Alain Cueff oppose à Pierre Bergé lors de leur conversation téléphonique. Et qu'il lui répète le lendemain, lors d'un deuxième appel. En vain, puisque Pierre Bergé demande d'abord que les Saint Laurent soient placés, seuls, sur le palier de l'escalier monumental qui conduit les visiteurs du rez-de-chaussée au premier étage. Dans ce cas, précise Cueff, il se dit prêt "à fermer les yeux" sur les conditions d'exposition, évidemment médiocres dans cet escalier où, outre le flux continuel des visiteurs, la poussière et un taux d'humidité impossible à maîtriser mettraient en danger les toiles. "J'ai aussitôt répondu qu'il était impensable de prendre ce risque. L'intégrité des toiles aurait été menacée."Deuxième contre-proposition : que les toiles soient placées dans la section "Artistes", avec les effigies de Man Ray, Beuys, Lichtenstein ou Hockney. On en revient aux "serviettes" et aux "torchons" : Saint Laurent doit, selon Pierre Bergé, être classé parmi les artistes, et non parmi les couturiers - qui, en conclut-on, ne sont pas des artistes. Nouveau refus, en raison de l'impossibilité matérielle et juridique de décrocher des Warhol appartenant à d'autres prêteurs déjà évoquée.


Conclusion de l'affaire : décrochage, na. Non mais ! On ne va pas empêcher Monsieur-373-millions de faire un caprice, non ? Comment oserait-on ?


Bergé, vendre ses toiles, il veut bien. Mais les montrer parmi d'autres pour le prix d'une entrée d'exposition, ça ! Au milieu des torchons, qui plus est !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vinosse 14/03/2009 21:06

Varole, c'est d'la daube...