Aujourd'hui, la Vipère loue : lisez Heaume

Publié le par La Vipère



Cette semaine, j'économise un post sur le feuilleton de Moix (on se rattrapera une autre fois) afin de saluer, dans le Figaro littéraire toujours, l'excellent papier de l'excellent Duteurtre sur l'excellent roman de Stéphane Heaume, La nuit de Fort-Haggar.

Ce garçon (Heaume - Duteurtre aussi, cela dit) écrit bien. Proprement, clairement, parfois magnifiquement.

Il a un monde, qui n'appartient qu'à lui. Duteurtre commence, à raison, par ces mots :

Il existe, en musique, un terme autrefois employé pour qualifier les créateurs inclassables en regard de leur époque : « compositeur indépendant ». On pourrait dire que Stéphane Héaume est un « romancier indépendant ».


Les références de Heaume sont à chercher du côté de Gracq et de l'opéra, que manifestement il adore et connaît sur le bout des doigts.

Dans les papiers-marronniers sur le thème "à quand le retour des imagineurs d'histoires dans le roman français", on s'étonne que son nom ne vienne pas dans les premières lignes.

Au lieu de se branler sur la "littérature-monde", les néo-faiseurs de manifestes feraient bien de constater qu'il y a des Stéphane Heaume sur les tables des librairies - pas par cohortes évidemment, ce qui est au demeurant une raison pour ne louper l'éponyme.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marco 27/03/2009 15:16

C'est qu'elle est gentille, au fond, toute vipère qu'elle est. Stéphane Heaume, donc. C'est noté.

sirius 27/03/2009 14:30

Pardon pour le HS, la Vipère, mais on parle de vous dans le "Trois Couleurs" des cinémas MK2, le magazine que l'on trouve dans leurs salles - en fin de magazine pour vous éviter les recherches...