Les champs d'honneur

Publié le par La Vipère



Suggestion de William Marx, dans Vie du lettré (Minuit, dans la collection adéquatement nommée "Paradoxe") :

En 1919, on recensa 450 écrivains français "morts pour la patrie", soit beaucoup plus de 450 livres qui ne virent jamais le jour. A côté des cimetières militaires devraient se dresser les bibliothèques des ouvrages qui ne furent jamais écrits et dont les auteurs reposent sous la dalle.

Des bibliothèques de livres non-écrits. C'est joli. On déambulerait respectueusement dans ses rayons pour trouver des sujets, un peu datés sans doute, mais exploitables. On y lirait un essai de Péguy écrit vers 1925 et le dernier roman d'Alain-Fournier, paru en 1930. Et notre image d'eux, peut-être, serait changée.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pradoc 15/04/2009 13:58

@Caroline
Vous pouvez également lire "Artiste sans oeuvre" de Jean-Yves Jouannais, excellent texte sur le même sujet.

Cécile de Quoide9 15/04/2009 11:02

on devrait aussi ouvrir des musées vides pour toiles non peintes...

Caroline 15/04/2009 07:28

Enrique Vila-Matas parle dans Bartleby et compagnie des écrivains qui n'écrivent pas, même s'ils n'ont pas été fauchés par la guerre, ils sont frappé du syndrome de Bartleby. Ces agraphes sont auteur d'un livre parfois deux et restent dans le silence.
Déjà qu'on a du mal à lire tout ce qui est écrit et qui vaut le coup d'être lu, déjà qu'on est dans la frustration par rapport à ça, alors on se dit que c'est rassurant de savoir que beaucoup d'oeuvres n'ont pas vu le jour ou à cause d'une guerre ou à cause du syndrome de Bartleby. Ça limite la frustration.

Philippe 14/04/2009 22:39

Fascinant, cette idée de ce qui aurait pu être... Mais Alain-Fournier et Péguy, fauchés certes par la guerre, sont entrés dans l'immortalité par leur mort même.
J'aime cependant beaucoup cette image des bibliothèques des livres non-écrits...

Vinosse 14/04/2009 12:22

Je l'ai déjà, chez moi, cette bibliothèque de mes propres titres jamais écrits. Je la consulte tous les jours....
Enfin je longe un grand cimetierre.